RÉFLEXIONS


C:  Encore des QUESTIONS en SUSPENS...

C1/ Le calcul de puissance est basé sur une vitesse de rotation mesurée!

Et toute cette étude suppose une vitesse de rotation identique dans tous les cas. pour le calcul de la puissance.

 

Comment prédire cette vitesse de rotation?  Aucune garantie que cette vitesse soit atteinte!

Ce qu'on peut faire à la conception:

Veiller à avoir des sections de passage du fluide sans restrictions de section...

Penser la possibilité de rajouter des canaux de passage pour diminuer les temps de transfert de fluide à la mise au point du moteur.

 

C2/ Le volume régénérateur à son importance sur le résultat (C'est le volume du fluide dans l'espace régénérateur) , mais:

Comment calculer la quantité de matière régénératrice pour obtenir le "Delta T"  idéal ?

("Delta T" : Voir le tableur de J.P. Vandormael.  Pour faire simple , cela représente l’efficacité du générateur. )

 

Autrement dit, quel est le taux de remplissage idéal de matière régénératrice, et donc le volume à prévoir pour loger ce matériau régénérateur ?

 

C3/ Celle d'un mécanisme "auto-adaptatif" dans lequel le piston Déplaceur serait piloté par une intelligence artificielle.

Et qui, avec les températures dont il disposerait, s'adapterait en permanence:

* pour fournir le meilleur travail.

* en compensant la pression interne pour dégrader son fonctionnement si besoin, ou pour la sécurité,

* en "inventant" l'anticipation du Déplaceur selon les besoins

 

C4/ Que donnerait des parties Moteur et Déplaceur différentes ...

Cylindrées différentes?

Alésages différents?   A priori,  l'alésage plus important sur le piston moteur donnerait plus d'effort ...

Étude à faire ....

D:  Comprendre le fonctionnement du moteur Stirling ...  pour concevoir un modèle simple, efficace et qui puisse être fabriqué sans moyens spéciaux!

D1/ De belles animations "tournent" sur internet, phases thermodynamiques décomposées:  Mais cela reste "nébuleux" pour beaucoup.

Ces notions thermodynamiques sont  un frein à la compréhension de tout un chacun car elles apportent une complexité supplémentaire pour les "non-scientifiques".

Ne perdez pas votre temps sur les forums qui nagent dans l'ignorance de beaucoup de choses et le manque total   d'expérience.

 

Regardez encore et encore les animations de "PHILIPS " évoquées en première page. Car le fondamental est là.

Et il faut toujours revenir au fondamental pour maitriser, dépanner et améliorer.

 

Lisez le livre d' "Andy Ross",  réalisez vous-même plusieurs Stirling en boites de "Coca" (Voir internet).

Vous vous rendez alors compte que ce moteur ne fonctionne bien qu'au prix de nombreux compromis!

 

D2/ Le livre d'Andy Ross montre que ce gars a essayé plusieurs systèmes différents.

Ce faisant, il a acquit une sacré expérience, mais aucune réponse quand au système le plus efficace: il s'est trop dispersé!

 

D3/ La complexité du Stirling, le frêle équilibre entre plusieurs aspects, le nombre de facteurs influents sur sa performance est tel que cela m'a rappelé certains process pointus de ma période en entreprise:

Nous avions fait appel à la méthode "Taguchi" des plans d'expérience pour avancer!

 

D4/ Et bien, le moteur Stirling est un système si complexe qu'il mérite largement d'être mis au point par cette méthode ...

La méthodologie "Taguchi" met en œuvre des plans d'expériences.

C'est un des outils de la qualité, au même titre que l'Analyse des Modes de Défaillance et l'Étude des Criticités (A.m.d.e.c) ou l'Analyse de la Valeur.

Vous êtes confrontés à un problème technique complexe :

De multiples paramètres étant susceptibles d'influer sur la performance du système étudié.

La  performance que vous cherchez à améliorer est caractérisée par une ou plusieurs réponses.

 

D5/ Par contre, il faut un nombre assez limité de paramètres influents afin que la méthode "Taguchi" donne lieu à un plan d'expériences assez simple,  et qu'il donne des résultats vraiment utiles.

Or il y a dans le Stirling un nombre énorme de paramètres influents.

 

Pour limiter les plans d'expériences, mon idée dans cette étude a été de "déblayer le terrain" face à la grande variété de systèmes possibles.

De trouver un moyen de les comparer pour ne retenir que le meilleur.

Pour concevoir ensuite un dessin qui limitera le nombre d'éléments influents par séparation des fonctions.

Par la suite, les essais sur un système réel devraient être moins nombreux et donc la mise au point plus rapide.

 


A vos réflexions ...

 

Vous avez des éléments pour décider de votre cahier des charges,

 

dessiner votre moteur, le fabriquer, et l'améliorer !   ...   BONNE ROUTE